Le plant français de pomme de terre FNPPPT Gnis

Permettre la traçabilité de la production de pomme de terre

Bénéficier de la traçabilité totale de sa production de pomme de terre est une sécurité importante pour l'agriculteur. D'abord, pour offrir la possibilité à ses clients, sur le marché du frais comme sur celui de la transformation, de remonter la chaîne en cas de problème avec la marchandise. Ensuite, pour se protéger en cas de litiges en ayant toutes les informations nécessaires à disposition. Seule l'utilisation de plants certifiés apporte le gage de traçabilité totale recherché par la filière.

Pas de traçabilité sans plant certifié

Sur le marché du frais comme sur celui de la pomme de terre transformée, il est de plus en plus souvent demandé à l'agriculteur d'apporter l'historique de production de la récolte qu'il veut vendre. La crainte de problèmes sanitaires en est la première motivation. Or, la traçabilité recherchée par les marchés ne consiste pas à remonter à la récolte de l'agriculteur, mais bien à la production du plant lui-même !

Pour apporter toutes les garanties demandées, la traçabilité doit donc être totale... C'est l'un des atouts du plant certifié. Les plants certifiés de pomme de terre sont identifiés et étiquetés tout au long du process de production : de la plantation à la récolte, pendant le transport et le stockage, jusqu'au conditionnement.

L'étiquette de certification bleue délivrée par le Service officiel de contrôle et de certification (Soc), apposée sur les lots de plants, est l'acte qui justifie du respect du processus de contrôle et de traçabilité. Il n'est délivré que si tous les résultats sont conformes aux normes du règlement technique français.

Des arguments multiples

L'argument sanitaire est donc la première raison qui pousse les clients de l'agriculteur à demander une traçabilité totale. Mais il n'est pas le seul... « Les agriculteurs choisissant des plants certifiés de pomme de terre savent précisément ce qu'ils vendent en termes d'identité et de pureté variétale. Et c'est ce que recherche aujourd'hui la grande distribution, qui veut être notamment certaine de ne pas commercialiser des OGM », observe Thierry Terouanne, directeur commercial et marketing chez un négociant.

En effet, la traçabilité apporte différentes garanties à l'acheteur sur la marchandise contractée, assurant celui-ci que son cahier des charges est bien respecté : identité variétale, classe de qualité (normes de pureté variétale et d'état sanitaire), numéro de lot (zone de production, numéro de producteur, numéro de la parcelle), calibre, date de fermeture, traitements phytosanitaires, poids.

Une assurance pour l'agriculteur en cas de litiges

Autre atout non négligeable, concernant directement l'agriculteur utilisateur du plant certifié : si l'agriculteur rencontre un problème lors de la culture, il pourra vérifier avec son fournisseur si le plant est en cause et, auquel cas, être dédommagé.
« Une fois sur un lot, il y a eu des problèmes. Mes plants ont été immédiatement changés avant même que je les mette en terre », raconte Michel L., producteur dans la Somme.

Gaec Renaud, producteur en Nord-Pas de Calais, témoigne également : « J'utilise du plant certifié, c'est important en cas de litiges. Y a quatre ans, j'ai eu un problème de mélange de variétés dans mes plants. On l'a vu au triage et je l'ai signalé au fournisseur qui m'a donné une indemnisation qui correspondait à la perte. Et je n'ai pas eu à me plaindre côté réactivité ».

La certification NF V25-111
Une protection supplémentaire pour le producteur
de pomme de terre de consommation

Interview de Stéphane Turpin, Responsable qualité du CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre)

Qu'est-ce que la certification NF V25-111 apporte à la filière pomme de terre ?

La NF V25-111 est la norme française des « Bonnes pratiques de production et de stockage des pommes de terre de conservation destinées au marché du frais, compatibles avec les objectifs de l'agriculture raisonnée ».

Concrètement, elle définit l'ensemble des éléments de la démarche et de l'itinéraire de production de la pomme de terre de conservation, de l'implantation au stockage, avant conditionnement, dans une optique de respect de l'environnement, de compétitivité de la production et de maîtrise des caractéristiques technologiques et sanitaires du produit.

La certification NF V25-111 intervient donc après la certification SOC, qui elle se focalise sur les étapes successives de production des plants. Les deux certifications sont donc complémentaires... D'ailleurs, seules les pommes de terre issues de plants certifiés par le Soc peuvent être certifiées NF V25-111.

Pourquoi un agriculteur a-t-il intérêt à être certifié NF V25-111 ?

La NF V25-111 apporte une totale traçabilité sur la pomme de terre livrée. En effet, toutes les procédures réalisées par l'agriculteur pour préserver le bon état sanitaire et garantir l'absence de parasite de quarantaine y sont indiquées.

De plus, avec le règlement européen 178/2002, l'agriculteur est sensé avoir déjà mis en place une organisation pour assurer la traçabilité sur sa production. La NF V25-111 lui donne des consignes pratiques qui répondent en partie aux exigences du règlement européen.

Quelle est la démarche à suivre pour être certifié NF V25-111 ?

Il y a deux voies possibles... Soit c'est le conditionneur qui fait la demande pour un « pool d'agriculteurs ». Soit l'agriculteur fait la demande directement pour certifier sa production. Toutes les informations pour rentrer dans une démarche en vue d'être certifié NF V25-111 sont à demander au CNIPT (envoi gratuit de la norme pour les cotisants). Après la mise en place des exigences, un audit de certification sera réalisé par un organisme accréditeur. La liste de l'ensemble des organismes accréditeurs est en ligne sur le site web du CNIPT.