Le plant français de pomme de terre FNPPPT Gnis

Les étapes du contrôle

Une production sous contrôle qualité

Pour obtenir un haut niveau de qualité, les professionnels de la filière ont mis en place un schéma très strict de production de plants. La totalité du matériel de sélection est issue de culture in-vitro. Puis, la première année de multiplication est réalisée à l'abri de toutes contaminations, sous tunnel insect proof et sur substrats désinfectés ou en culture hors sol.

Des contrôles, des tests et l'enregistrement des informations qu'ils génèrent sont réalisés à tous les stades de la production de plants : admission au contrôle, déclaration de la culture, contrôle et notation des parcelles, contrôle de l'état sanitaire de la récolte et enfin certification.
Ils constituent, sous la résponsabilité du Service Officiel de Contrôle et de Certification (SOC), le système de traçabilité réglementaire et obligatoire du plant français de pomme de terre.

1. Des règles de culture strictes

• Admission au contrôle : enquête technique sur les compétences et le niveau d'équipements spécifiques pour la production de plants.

• Déclaration de la culture au Service Officiel de Contrôle et de Certification (SOC).

La parcelle doit être exempte d'organismes nuisibles réglementés (analyse de terre avant plantation pour la détection de nématodes à kystes (Globodera rostochiensis et Globodera pallida)).

La fiche de déclaration de culture enregistre les éléments de départ de la production de plants certifiés : nom de la semence mère, identité du producteur, caractéristiques de départ de la parcelle, etc...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir…

• Isolement :

Matériel de sélection : 50 m au minimum de toute autre culture de pomme de terre
Matériel de base : 10 m au minimum de toute autre culture de pomme de terre
Matériel certifié : 10 m au minimum de toute autre culture de pomme de terre de consommation.

• Rotation minimale de 4 ans obligatoire.

2. Des contrôles en culture intensifs

3 Organisations Professionnelles Régionales (OPR), disposant au total d'une équipe de 75 inspecteurs et de 3 laboratoires spécialisés, placés sous l'autorité du Service Officiel de Contrôle et de Certification (SOC), réalisent des contrôles intensifs à tous les niveaux de la production des plants :

Vérification de
l'identité variétale
du matériel de départ
Vérification de l'absence
de nématodes dans
les sols avant plantation
Contrôle des parcelles
de multiplication
(au minimum 3 visites
pour les plants de base
et 2 visites pour
les plants certifiés)

La fiche de notation de parcelle enregistre tous les éléments de suivi de la culture : numéro de la parcelle, dates de visites, notations de chaque critère, classement, etc...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

- Normes minimales en pourcentage de pieds atteints

  Catégories 
  de plants

Plants de pré-base 

Plants de base

Plants Certifiés


  Classes
  françaises


PBTC


PB


S


SE



A


B

  Pureté variétale
  (% d'impureté)


0


0,01


0,1


0,1


0,1


0,2


0,2

  Virus
  E, Y, X, S, A

0

0,1

0,2

0,33 
(0,5)

0,5 
(0,8)

1

3

  Rhizoctone
  (Rhizoctonia
  solani
)

 0

5

 5

 5

 5

 10

10

  Jambe noire

0

0

0
(0,1)

0
(0,5)

0,5
(1)

1

1

  Pieds non levés
  ou chétifs

0

7

7

7

7

7

10

  Organismes nuisibles réglementés :


  Viroïde PSTV,
  Virus TSWV,

  Pourriture annulaire
  (Clavibacter
  michiganensis sp.
  sepedonicus
),

  Pourriture brune
  (Ralstonia solanacearum)

  Stolbur,

  Galle verruqueuse
  (Synchytrium
  endobioticum
),

  Maladie Vermiculaire
  (Ditylenchus
  destructor
)

Aucune tolérance admise

 

3. Des contrôles sur la descendance (préculture)

Comme les contrôles en culture et les contrôles sur lots, ces contrôles sont réalisés par les laboratoires spécialisés des trois Etablissements Producteurs Régionaux (EPR).

La fiche de préculture enregistre le numéro de parcelle, les résultats d'analyse et le classement.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

  Catégories 
  de plants

Plants de pré-base

Plants de base

Plants Certifiés


  Classes
  françaises
 


PBTC


PB


S


SE



A


B

  Pureté variétale

0,25 

0,25 

0,25 

0,5

0,5 

  Virus
  E, Y, X, M, S, A


0


0,5


0,5
(1)


1
(2)


2
(4)


5


10 

  Déformations
  foliaires
  non virales

1

1

2

2

5

5

4. Des contrôles sur les lots à certifier

1 lot = 1 parcelle, 1 origine, 1 classement

La fiche de laboratoire enregistre les résultats des analyses de contrôle sur lots.

Les maladies responsables des altérations superficielles des tubercules (gale commune, rhizoctone) sont notées selon une échelle visuelle officielle.

- Teneurs maximales en pourcentage de poids de tubercule

 

Plants de base et certifiés


  Terre et corps étrangers

1


  Défauts extérieurs

3


   Tubercules flétris (y compris symptômes
  gale argentée)
 

1 avant conditionnement
0,2 après conditionnement


   Pourritures sèches et humides
 

0,2


   Gale commune
 

5


   Gale poudreuse
 

0,2


   Virus induisant des nécroses superficielles
  tuberculaires
 

0,1


   Rhizoctone
 

5


   Taupins (Tubercules présentant plus
  de 5 piqûres)
 

5


  Dommages causés par les températures
  basses (hors gel)

2

  Organismes nuisibles réglementés :

 


  Viroïde PSTV
  Virus TSWV

  Nématodes à galle
  (Meloïdogyne chitwoodi et fallax)
  Nématodes à kystes
  (Globodera rostochiensis
  et Globodera pallida
)

  Pourriture annulaire
  (Clavibacter michiganensis sp.
  sepedonicus
),
  Pourriture brune
  (Ralstonia solanacearum)

  Stolbur, galle verruqueuse
  (Synchytrium endobioticum),

  Maladie Vermiculaire
  (Ditylenchus destructor)

Aucune tolérance

Chaque année, les laboratoires agréés par le SOC réalisent :
  • Plus de 65 000 analyses de terre avant plantation pour vérifier l'absence de nématodes à kyste
  • Plus de 1 200 000 tests ELISA pour contrôler l'état sanitaire des descendances (Précultures)
  • Plus de 25 000 analyses de bactéries de quarantaine






Le nombre d'analyses réalisées par les laboratoires des organisations professionnelles régionales est en augmentation régulière ces dernières années et résulte d'une véritable volonté de la filière d'obtenir une qualité toujours plus élevée et bien supérieure aux normes réglementaires.